Archives par mot-clé : Mer

Pays de Brest : le pari d’une économie circulaire à partir des coquilles de coquillages

Deux jeunes entrepreneurs de 23 et 24 ans, du pays de Brest, ont constaté que les coquilles d’huîtres et de Saint-jacques terminent dans la poubelle avant d’être le plus souvent incinérées et qu’aucune filière de recyclage des co-produits de l’ostréiculture n’existait. Considérant que ces coquilles n’étaient pas des déchets mais bien au contraire une matière première à ne pas négliger, ils décidèrent de les valoriser.

Tout alla vite alors… Ils ont alors créé en septembre 2020 une petite entreprise baptisée Malàkio (coquillage en grec) implantée dans un hangar entre Irvillac et Dirinon. Le territoire qui les a vu naitre et grandir. Puis une boutique en ligne a vu le jour en novembre…

Après avoir tatonné ils sont réussi à mettre au point un process permettant de créer des objets conçus à partir de 60 % de coquillages et d’un « minéral ».
Ils récupèrent et broient (grâce un broyeur à grains d’occasion) des coquilles venant de l’entreprise de l’entreprise Embaljet à Plouguerneau qui réintroduit les coquilles Saint-Jacques vides dans les circuits des plats préparés.

Une gamme de produits qui va s’élargir
La gamme se limite pour le moment à des sous-verres, un dessous de plat, une planche à découper et des petits pots. Mais plein de projets d’objets de toute sorte existent : éléments d’architecture intérieure (des murs de décoration, un plan de travail dans un bar), des manches pour des couteaux à huîtres, des plateaux de table, d’assise de tabourets…

Des collectes de matière première se mettent en place
Le besoin en coquilles vides allant en grandissant , les promoteurs de
Malàkio veulent les collecter auprès de restaurateurs de Brest et Landerneau mais aussi directement auprès des particuliers.

Lors des fêtes de fin d’année, ils organisent une collecte les 26 décembre et 2 janvier à Dirinon. Tous types de coquillages (huîtres, moules, St Jacques, bigorneaux, etc…) seront acceptés

Le dérèglement climatique en conte

À l’occasion de la Journée Mondiale du Climat, l’Ifremer (Institut Français de la mer) organise le 8 décembre 2020, à 16h30, un évènement inclusif en live sur leur page Facebook avec :

  • une représentation du conte : « Ostrea et Argo, les meilleurs amis de la planète » par Rémy Cochen et Mathilde Chabbey (conteuse en langue des signes)
  • une Table ronde sur le dérèglement climatique avec 2 scientifiques de l’Ifremer : Élodie Fleury et Virginie Thierry.

L’événement est inclusif ( présence d’un interprète en langue des signes ) gratuit, accessible à tous.

-> Plus d’infos sur l’événement sur la page Facebook de l’Ifremer : https://www.facebook.com/events/384399499551067

avel marine agit pour un developpement local et un transport maritime decarbone

La sortie du confinement (que nous respectons pour notre santé et celle des autres) peut être l’occasion d’imposer des modes de développement soucieux de la survie de la planète : respect de la santé humaine, réduction de la pollution, suppression des énergies fossiles, augmentation de la bio-diversité…

Toute la façade maritime concernée
L’association Avel Marine veut apporter une contribution (modeste !) veut apporter une contribution (modeste !) en proposant de lier très étroitement le développement local et le transport maritime de proximité, dans un esprit bas carbone, voire zéro carbone.
Cela veut dire que l’accent est mis sur l’activité des zones économiques liées à des ports, quelle que soit leur taille, avec des circuits courts pour collecter/diffuser le fret, et sur les échanges entre les territoires par des caboteurs utilisant au maximum les énergies renouvelables.

Ce projet concerne toute la façade littorale mais pourra s’étendre à toute la France via le ferroutage et la batellerie.

La carte jointe, issue de Bretagne Environnement, indique tous les ports de la Région Bretagne. Bien que toute la façade atlantique soit concernée, nous commençons modestement par l’axe Dinan-St Malo, pour avoir un 1er retour d’expérience.

Soutenir le projet
Vous pouvez tou(te)s contribuer à ce projet, en consultant et devenant ami(e) et abonné(e) de notre site Facebook (https://www.facebook.com/pg/Avel-Marine-233497826750259/), en envoyant des contributions, en rejoignant notre association.

contact@avelmarine.fr

Towt s’apprête à lancer un voilier cargo qui pourra transporter 1 000 tonnes de marchandises

L’entreprise, Towt, TransOceanic Wind Transport , créée en 2009 à Brest, aujourd’hui à Douarnenez, affrête une flotte de quatre vieux gréements mesurant de 20 à 40 mètres pour rallier l’Angleterre, le Portugal, la Scandinavie ou traverser l’Atlantique, pour la République dominicaine, le Mexique, les Antilles ou les Açores. Les bateaux ont une capacité de transport de 10, 200 ou 300 tonnes de marchandises.

La société est passée de 120 tonnes transportées en 2016 à 220 tonnes en 2018. Elle a crée un label baptisé Anemos afin de valoriser les marchandises transportées à la voile qui garantit des indications sur le trajet emprunté par le produit et son bilan carbone (très faible : ), en toute transparence.

Towt commercialise et vend ses produits transportés via son site internet et depuis son magasin situé à Douarnenez. Un partenariat a été passé également avec Biocoop pour l’acheminement du vin portugais, de la bière et l’huile d’olive.

Le grand projet de Towt est de lancer fin 2021 un trois mats cargo de 67 mètres dont la capacité avoisinera les 1 000 tonnes et doté de toutes les technologies modernes de routage, qui naviguera à 10,5 noeuds de moyenne en vitesse de croisière. Le Voilier-Cargo devrait économiser plus de 10 000 tonnes de CO2 par an. Deux autres identiques devraient suivre