Archives de catégorie : Actualités

Pimpampou m : un prochain tiers-lieu en plein coeur de Brest

Pimpampou m, c’est le projet un peu fou d’une bande de brestois.e.s avec la création d’un nouveau “tiers-lieu” en plein centre ville .
Cet espace unique ouvrira ses portes prochainement
dans les anciens locaux de l’imprimerie PAM, rue Pasteur.
Les locaux de cette imprimerie, fermée depuis plusieurs années, bien connue des brestois.e.s, sont vastes : 3500m2. C’est une vraie opportunité pour la création d’un nouveau “Tiers-lieu” de rencontres, découverte et d’apprentissage mutuel, pour s’installer, travailler, entreprendre en “solidaire”,
qui manque tant à Brest.

Déjà des pistes pour faire vivre cet espace unique

  • Dégustation de cuisine bio, de préparations de boulangerie, de bière bio brassée sur place
  • Récolte de légumes produits sur place dans la ferme urbaine
  • Danse avec l’association les Pieds Nus
  • Initiation à l’impression d’art
  • Bien être mental et du corps
  • Espace éducatif et culturel pour enfants

Il reste des emplacements pour d’autres projets .

Pour en savoir plus, c’est ici : https://pimpampoum.squarespace.com

Une “Caravane des Possibles” en projet sur le pays de Brest

Le Lieu-Dit, réseau d’une dizaine de structures (le collectif Transition citoyenne en pays de Brest en fait partie) qui cherche à favoriser l’émergence de nouveaux projets visant à promouvoir des modes de production et de consommation, alternatifs et responsables, réfléchit au développement d’un outil d’animation commun à ses membres, la Caravane des possibles, mobilisable sur l’ensemble du Pays de Brest.

C’est dans le cadre de L’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) “Fabriques de territoire”  lancé par le ministère de la Transition Ecologique que se situe le projet d’une Caravane des Transitions préfiguration d’un futur tiers-lieu du territoire du pays de Brest.

Ce projet a pour vocation de développer une nouvelle offre d’animation territoriale : un tiers-lieu mobile, la Caravane des Possibles, qui sillonnera l’ensemble du Pays de Brest afin d’aller à la rencontre des acteurs pour les sensibiliser aux bonnes pratiques et les accompagner dans leurs démarches.
Pour le Lieu-dit, ce sera l’occasion d’expérimenter une offre commune couvrant les multiples enjeux de la transition, et de tester des services et activités auprès des usagers en vue d’une future installation dans un espace commun (tiers-lieu) partagé.

Une production vidéo du Lieu-dit

Contacts :
Le Lieu-Dit PCIES / Barter Pays de Brest
1 rue Louis Pidoux Porte E
29200 BREST
07 69 68 45 88
contact@lelieudit.fr
Du mardi au jeudi, 8h30-16h30

Bétonnage des terres : on peut faire autrement

Chaque année, c’est la même rengaine. Lors de la présentation de leurs voeux à la population, quasiment tous les maires du Pays de Brest nous annoncent de nouveaux programmes d’habitations. Le zéro artificialisation des terres annoncé ici ou là dans les instances du pouvoir politique semble passer totalement aux oubliettes. On va donc continuer à construire, à tout va, dans le pays de Brest, aussi bien dans la couronne de l’agglomération brestoise que dans les communes littorales. Le bétonnage des terres est donc toujours malheureusement à l’oeuvre.

On peut faire pourtant autrement. France Nature Environnement (la grande fédération des associations de protection de l’environnement) tente de sensibiliser les élus à d’autres façons d’appréhender les enjeux auxquels ils sont confrontés met à leur disposition une plaquette abordant les Solutions Fondées sur la Nature et leur application dans divers domaines (Sols, Forêt, Gestion de l’eau, Urbanisation), mais aussi une boîte à outils de l’élu (un ensemble de fiches pratiques) pour mettre en place des solutions fondées sur la nature dans sa commune, visant “à protéger, restaurer et gérer de manière durable les écosystèmes. Elles ont un double intérêt : préserver la biodiversité et assurer le bien-être humain face aux enjeux actuels d’étalement urbain, de risques naturels (inondations, submersion marine, canicule), de sécurité alimentaire, d’eau potable, de changement climatique… “.

N’hésitez pas à en parler à votre maire.

Vélo à l’UBO : un stage proposé

OFFRE DE STAGE M2

Soutien au Développement Durable

Connaître et développer les pratiques du vélo à l’UBO

L’Université de Bretagne Occidentale représente une population de 24000 étudiants et personnels qui réalisent quotidiennement des navettes du domicile vers le lieu de travail ou d’étude, mais aussi des déplacements à l’intérieur ou entre les campus universitaires, avec une majorité de déplacement dans la métropole brestoise, et des sites à Quimper, Morlaix, Vannes, Saint-Brieuc et Rennes. Pour la métropole brestoise, l’étude menée par l’ADEUPA sur les pratiques de déplacement des étudiants dans le Pays de Brest[1], met en avant une progression de la pratique du vélo chez les étudiants qui atteignait 5,4% en 2014 contre 3,3 % en 2004. Cette pratique est largement supérieure à la moyenne de la population (ex 1,5% pour Brest Métropole, selon la dernière enquête ménage déplacement de 2018 [2]). Cette part a probablement continué à progresser depuis 2014 au vu de la nouvelle saturation des stationnement vélo observée sur plusieurs secteurs du campus ces dernières années.

Il est aujourd’hui essentiel d’apporter des données à jour sur les pratiques et les besoins des étudiants et des personnels afin de fournir des services adaptés à la pratique du vélo.

Continuer la lecture de Vélo à l’UBO : un stage proposé

Imago : la plateforme vidéo gratuite de la transition

Créée en décembre 2018, Imago s’est imposée
avec 2 millions de vues, 25 000 abonnés et 200 000 utilisateurs, comme la plateforme de streaming francophone de référence autour de la transition. En accès libre et gratuit, elle se veut l’Alternative éthique et indépendante aux géants du streaming.


Quel objectif ?
Imago veut permettre une meilleure visibilité aux contenus différents et engagés sur internet : analyse critique des modèles dominants (sur les questions écologiques, énergétiques, spirituelles, économiques ou encore sociétales), ou de mise en lumière des modèles alternatifs.

Quel contenu propose -t-elle ?
Elle propose des documentaires, émissions, courts-métrages ;
des web-séries et des podcasts issus de producteurs de contenus engagés, classés par thèmes ( alternatives, conscience, médias, santé, écologie, société, histoire…)

Imago partenaire de plusieurs festivals de cinéma
La plateforme a collaboré avec une douzaine de festivals, comme Gare aux docs, le Festival ALIMENTERRE, Agir pour le Vivant ou encore le Greenpeace Film Festival.

Ethique et responsabilité
Contrairement aux géants du web, le code d’Imago est en open source, et la plateforme n’utilise aucun algorithme caché des utilisateurs. De quoi garantir un réseau social transparent et éthique, respectueux des données personnelles.
Pour limiter la pollution numérique générée par l’hébergement et la diffusion de contenus en ligne, le code d’Imago
a été optimisé pour qu’il soit le moins énergivore possible, grâce notamment à l’hébergement en pair-à-pair avec des serveurs locaux décentralisés chez des particuliers.

Le recours aux dons
Le projet est porté par une association loi 1901, et développé par une équipe bénévole, ce qui permet aujourd’hui à la plateforme d’être libre, gratuite, et sans publicité .Mais Imago, pour continuer, se développer, et rémunérer un peu mieux les créateurs et créatrices, veut renforcer le recours aux dons .

Imago c’est aussi un réseau social qui permet aux créateurs et créatrices de contenus de communiquer avec leurs spectateurs, auditeurs.