Une transition mondiale vers 100% d’énergie renouvelable à la fois faisable et réaliste

A partir de l’article “Pour l’ONU et ses partenaires, le passage à 100% d’énergies renouvelables est réalisable et réaliste” paru sur  le site  Médiaterre.

Le tout récent  rapport sur la faisabilité et les défis de la réalisation d’un avenir énergétique 100% renouvelable du REN21,  Réseau mondial multipartite pour la promotion des politiques en faveur des énergies renouvelables,   dont le Programme des Nations Unies pour l’environnement est un partenaire,   est clair.
Selon ce rapport,  plus de 70% des experts interrogés(114 experts en énergie   de toutes les régions du monde)  considèrent une transition mondiale vers 100% d’énergie renouvelable à la fois faisable et réaliste.

Le rapport  s’appuie sur les faits suivants  :

  •  environ 100 millions de personnes reçoivent actuellement de l’électricité à travers des systèmes de distribution d’énergies renouvelables dont les marchés connaissent une croissance rapide.
  •     même de grandes entreprises internationales choisissent de plus en plus des produits à énergies renouvelables soit à partir d’opérateurs, soit par des investissements directs dans leur propre capacité de production.
  •  en 2016, la Chine est devenue la puissance énergétique des énergies renouvelables du monde  et   plus de la moitié des investissements mondiaux en énergie renouvelable se déroulent  dans les économies des pays émergents.
  •  le coût des énergies renouvelables  va continuer de baisser, en battant tous les combustibles fossiles dans un délai de 10 ans.
  • de nombreuses entreprises, régions, îles et villes ont déjà fixé des objectifs d’énergies 100% renouvelables.
  • le photovoltaïque à vent et solaire sont en fait déjà compétitifs en termes de couts  dans la plupart des pays de l’OCDE.
  • des pays aussi divers que la Chine et le Danemark démontrent que la croissance du PIB peut être découplée de l’augmentation de la consommation d’énergie.

Le tableau n’est pourtant idyllique, des  freins, des zones d’ombre demeurent  :

  •  en Afrique, aux États-Unis et au Japon, les experts doutent  que l’ objectif d’approvisionnement en énergie 100% renouvelable dans leurs propres pays ou régions d’ici 2050, du fait du puissant lobbying l’industrie de l’énergie fossile et/ou nucléaire.
  •  le manque de certitude concernant des politiques à long terme et l’absence d’un climat stable pour les investissements dans des énergies renouvelables et efficaces entravent le développement dans la plupart des pays.
  •  il n’existe pas, à ce jour, pour les experts, dans  le secteur des transports,   de solution  réellement satisfaisante   pour se passer  du recours à l’énergie fossile. Le remplacement des moteurs à combustion par  des moteurs électriques  n’est pas  envisageable  à grande échelle. Les experts penchent plus pour un  changement modal, par exemple   passer   de la route au rail.

-> Télécharger le rapport