Archives de catégorie : Vie du collectif

Cours public « la ville de demain » : entretiens et compte-rendus d’ateliers

En attendant le programme des cours publics sur « la ville de demain », nous avons le plaisir de partager avec vous les deux documents élaborés à l’occasion du forum ouvert du 1er avril 2017

1. Forum_ville de demain_Le recueil des entretiens

2. Forum-ville de demain-compte-rendu des ateliers

Merci aux quatre-vingt contributeurs, qui ont participé avec nous au forum et aux entretiens préparatoires.

Cours public « la ville de demain » / La deuxième étape peut commencer…

                  Passage de relais…

  • Retour sur le forum participatif

Presque cinquante personnes, samedi matin, ont participé au travail de défrichage des problématiques possibles, pour le cours public. En prenant appui sur  la diversité de leurs expériences, de leurs conceptions de la « ville de demain », de leurs sensibilités…. Conscientes que bien d’autres points de vue pourraient, bien entendu, venir enrichir et infléchir ces contenus.

Des premières pistes ont été esquissées, en termes de ressources, d’intervenants potentiels, de bibliographie, de sitographie… Une synthèse de ces différents apports sera partagée, dans les semaines qui viennent.

  • Un recueil des contributions

Les cinq derniers entretiens viennent d’être publiés. Au total, trente personnes ont pris le temps de s’arrêter, pour « jouer le jeu » du passage à l’écriture, dans les quinze jours qui ont précédé le forum. Les contenus, bien souvent, vont bien au-delà des dix thématiques initialement imaginées par l’équipe de préparation, et fonctionnent comme autant d’invitations à élargir les angles d’approche…

Un recueil de ces écrits est en cours de préparation, pour nous permettre de naviguer plus facilement d’un texte à l’autre, de mieux en percevoir les effets de résonances, les dissonances…

  • Rendez-vous à la fin du printemps, pour découvrir la suite…

En fin de semaine, lorsque ces deux documents seront finalisés, l’équipe de l’UBO prendra le relais, pour dégager des priorités, établir une programmation,  imaginer des approches pédagogiques qui continuent de s’inscrire dans une logique de co-construction des savoirs et des connaissances. Une aventure, là aussi….

 

Les compte-rendu des 10  ateliers  et leurs présentations par les rapporteurs  (photos) à la séance  du 1er avril 2017 à l’UBO

« La ville de demain ? » Respectueuse de la planète, avec une place de choix pour la musique…

Entretien avec Vincent

J’enseigne l’Accordéon Diatonique sur Brest Siam. Je joue également en Fest-Noz avec les groupes « Nostrad » et « Electrad ». Enfin, j’ai aussi rédigé une méthode instrumentale d’apprentissage en deux volumes pour cet instrument.

  • En tant que citoyen, professionnel, acteur, comment contribuez-vous, aujourd’hui, à la construction de la ville de demain ?

Puisque changer le monde commence par se changer soi-même, je me suis rendu sans à priori sur les places publiques de ma ville pour participer à Nuit Debout lors du Printemps 2016. Jour après jour (ou devrais-je dire « nuit après nuit ») et au fil des discussions avec les nombreuses personnes présentes, j’ai ouvert les yeux sur notre responsabilité individuelle vis-à-vis des dérives actuelles de la société capitaliste néo-libérale ! Motivé à changer mes habitudes pour de meilleurs lendemains, j’ai commencé par expérimenter des choses nouvelles dans tous les domaines de ma vie en révisant totalement ma politique personnelle sur l’alimentation, les dépenses, l’énergie,…  Sans oublier la gestion des déchets, de l’épargne, du temps libre, etc. Pour ne pas garder ces avancées jalousement, j’ai ensuite pris le temps de rédiger mensuellement un retour d’expérience sous la forme d’articles proposant à ceux qui le souhaitent acquérir une nouvelle habitude de vie concrète qui aura des impacts positifs sur notre société.

Continuer la lecture de « La ville de demain ? » Respectueuse de la planète, avec une place de choix pour la musique…

« La ville de demain ? » Une ville ouverte et passante, même à Buenos Aires…

Entretien avec Maël

Je vis à Buenos Aires, en Argentine. Je travaille au sein d’une multinationale de la grande distribution au sein du service immobilier. Mon rôle est de commercialiser les locaux des galeries marchandes et des centres commerciaux qui appartiennent à l’entreprise. J’analyse également les actifs fonciers de l’entreprise pour éventuellement les densifier, les louer ou les revendre lorsqu’ils ont perdu de leur utilité, ce qui arrive de plus en plus dans le contexte actuel de déclin du modèle d’hypermarché.

  • En tant que citoyen, professionnel, acteur, comment contribuez-vous, aujourd’hui, à la construction de la ville de demain ?

En tant que professionnel je contribue malheureusement assez peu à la vision qui est la mienne de la ville de demain. Les centres commerciaux sont en effet des espaces privés et ultra standardisés qui sont en contradiction avec la ville ouverte et passante à laquelle j’aspire. Plus humblement, en tant que citoyen, je participe à la construction de la ville de demain en consommant le plus responsable possible, en triant mes déchets ou en limitant les consommations d’énergie (ce qui à Buenos Aires est loin d’être généralisé)

  •  Quelle est votre vision de la ville de demain ?

La ville de demain, celle à laquelle j’aspire en tout cas, est une ville passante, pour reprendre les termes de l’architecte urbaniste David Mangin. La ville qui s’est développée ces dernières décennies est faite de blocs étanches qu’il faut contourner pour se rendre d’un point à un autre : centre commerciaux, cité administrative, quartiers fermés ultra sécurisés pour familles aisées (déjà très développés en Amérique du Sud ou aux Etats-Unis), lotissements en escargots… La ville passante va à l’encontre de ces système de l’entre soi et de l’enfermement et vise à recréer des perméabilités en valorisant l’espace public pour les modes doux (piétons et vélos) ainsi que les transports en commun. Une ville où tous les citoyens ont la possibilité, l’opportunité de se croiser, la ville du « frottement » et de la rencontre potentielle, un premier pas vers la ville du vivre ensemble.

Continuer la lecture de « La ville de demain ? » Une ville ouverte et passante, même à Buenos Aires…

« La ville de demain ? » Des rues avec ballons et vélos, végétation et fleurs, oiseaux et papillons…

Entretien avec Laure

J’habite Brest depuis 1994, dans le quartier coloré de Kerigonan et je suis à la retraite depuis deux ans. Dès 1997, j’ai eu le besoin de planter au pied de l’arbre de ma rue, devant mon pas de porte, un hortensia. Puis un autre au pied d’un autre arbre, puis les voisins ont commencé à faire aussi des plantations au pied de leur arbre… un mouvement était né ! Il continue. Et quand il n’est pas possible de planter, je dessine du végétal à même le trottoir ou parfois même sur les poteaux électriques en béton.

Et puis je suis impliquée dans le collectif des grainothèques du Pays de Brest, graines@brest. Je suis également membre du Conseil Consultatif de Brest-centre qui a lancé l’opération « le Vert se tram(e) », l’an dernier, pour végétaliser les stations de tram du haut Jaurès. Cette année, nous travaillons en collaboration avec trois artistes et des étudiants de Géoarchitecture, au projet de rendre agréable la traversée du pont Schuman : « à pied…sur le pont » le 14 mai.

Continuer la lecture de « La ville de demain ? » Des rues avec ballons et vélos, végétation et fleurs, oiseaux et papillons…