Tous les articles par Admin

Connaissez vous l’upcyclage ? La recyclerie un Peu d’R à Brest montre l’exemple

L’économie circulaire évolue avec “l’Upcyclage” qui est l’action de récupérer des matériaux inutilisés afin de les transformer en produits de qualité ou d’utilité supérieure. La recyclerie un Peu d’R, situé dans le quartier de Keredern à Brest, s’est lancée dans cette nouvelle activité.

Continuer la lecture de Connaissez vous l’upcyclage ? La recyclerie un Peu d’R à Brest montre l’exemple

“L’affaire du siècle” en Bretagne, c’est la centrale à gaz de Total à Landivisiau !

un article de Gérard Borvon diffusé le15/01/2021 sur le site S-EAU-S

Suite au recours porté par l’association “L’affaire du siècle”, la rapporteure publique du tribunal administratif de Paris vient de demander que l’Etat soit condamné pour “carence fautive” de la France en matière de lutte contre le changement climatique. Comment ne pas voir qu’à Landivisiau c’est l’Etat lui même qui participe au dérèglement du climat.

Continuer la lecture de “L’affaire du siècle” en Bretagne, c’est la centrale à gaz de Total à Landivisiau !

“Sapristi ” : plus qu’une café-librairie, un tiers-lieu placé sous le signe de l’écologie et de la solidarité…

Le café-librairie “Sapristi” solidaire, inclusif et culturel qui promeut des valeurs sociales, écologiques et culturelles est désormais ouvert à Brest. La boutique se trouve au 10 rue de la Porte à Recouvrance, dans le quartier populaire de Recouvrance à Brest.

Continuer la lecture de “Sapristi ” : plus qu’une café-librairie, un tiers-lieu placé sous le signe de l’écologie et de la solidarité…

Pimpampou m : un prochain tiers-lieu en plein coeur de Brest

Pimpampou m, c’est le projet un peu fou d’une bande de brestois.e.s avec la création d’un nouveau “tiers-lieu” en plein centre ville .
Cet espace unique ouvrira ses portes prochainement
dans les anciens locaux de l’imprimerie PAM, rue Pasteur.
Les locaux de cette imprimerie, fermée depuis plusieurs années, bien connue des brestois.e.s, sont vastes : 3500m2. C’est une vraie opportunité pour la création d’un nouveau “Tiers-lieu” de rencontres, découverte et d’apprentissage mutuel, pour s’installer, travailler, entreprendre en “solidaire”,
qui manque tant à Brest.

Déjà des pistes pour faire vivre cet espace unique

  • Dégustation de cuisine bio, de préparations de boulangerie, de bière bio brassée sur place
  • Récolte de légumes produits sur place dans la ferme urbaine
  • Danse avec l’association les Pieds Nus
  • Initiation à l’impression d’art
  • Bien être mental et du corps
  • Espace éducatif et culturel pour enfants

Il reste des emplacements pour d’autres projets .

Pour en savoir plus, c’est ici : https://pimpampoum.squarespace.com

Une “Caravane des Possibles” en projet sur le pays de Brest

Le Lieu-Dit, réseau d’une dizaine de structures (le collectif Transition citoyenne en pays de Brest en fait partie) qui cherche à favoriser l’émergence de nouveaux projets visant à promouvoir des modes de production et de consommation, alternatifs et responsables, réfléchit au développement d’un outil d’animation commun à ses membres, la Caravane des possibles, mobilisable sur l’ensemble du Pays de Brest.

C’est dans le cadre de L’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) “Fabriques de territoire”  lancé par le ministère de la Transition Ecologique que se situe le projet d’une Caravane des Transitions préfiguration d’un futur tiers-lieu du territoire du pays de Brest.

Ce projet a pour vocation de développer une nouvelle offre d’animation territoriale : un tiers-lieu mobile, la Caravane des Possibles, qui sillonnera l’ensemble du Pays de Brest afin d’aller à la rencontre des acteurs pour les sensibiliser aux bonnes pratiques et les accompagner dans leurs démarches.
Pour le Lieu-dit, ce sera l’occasion d’expérimenter une offre commune couvrant les multiples enjeux de la transition, et de tester des services et activités auprès des usagers en vue d’une future installation dans un espace commun (tiers-lieu) partagé.

Une production vidéo du Lieu-dit

Contacts :
Le Lieu-Dit PCIES / Barter Pays de Brest
1 rue Louis Pidoux Porte E
29200 BREST
07 69 68 45 88
contact@lelieudit.fr
Du mardi au jeudi, 8h30-16h30

Imago : la plateforme vidéo gratuite de la transition

Créée en décembre 2018, Imago s’est imposée
avec 2 millions de vues, 25 000 abonnés et 200 000 utilisateurs, comme la plateforme de streaming francophone de référence autour de la transition. En accès libre et gratuit, elle se veut l’Alternative éthique et indépendante aux géants du streaming.


Quel objectif ?
Imago veut permettre une meilleure visibilité aux contenus différents et engagés sur internet : analyse critique des modèles dominants (sur les questions écologiques, énergétiques, spirituelles, économiques ou encore sociétales), ou de mise en lumière des modèles alternatifs.

Quel contenu propose -t-elle ?
Elle propose des documentaires, émissions, courts-métrages ;
des web-séries et des podcasts issus de producteurs de contenus engagés, classés par thèmes ( alternatives, conscience, médias, santé, écologie, société, histoire…)

Imago partenaire de plusieurs festivals de cinéma
La plateforme a collaboré avec une douzaine de festivals, comme Gare aux docs, le Festival ALIMENTERRE, Agir pour le Vivant ou encore le Greenpeace Film Festival.

Ethique et responsabilité
Contrairement aux géants du web, le code d’Imago est en open source, et la plateforme n’utilise aucun algorithme caché des utilisateurs. De quoi garantir un réseau social transparent et éthique, respectueux des données personnelles.
Pour limiter la pollution numérique générée par l’hébergement et la diffusion de contenus en ligne, le code d’Imago
a été optimisé pour qu’il soit le moins énergivore possible, grâce notamment à l’hébergement en pair-à-pair avec des serveurs locaux décentralisés chez des particuliers.

Le recours aux dons
Le projet est porté par une association loi 1901, et développé par une équipe bénévole, ce qui permet aujourd’hui à la plateforme d’être libre, gratuite, et sans publicité .Mais Imago, pour continuer, se développer, et rémunérer un peu mieux les créateurs et créatrices, veut renforcer le recours aux dons .

Imago c’est aussi un réseau social qui permet aux créateurs et créatrices de contenus de communiquer avec leurs spectateurs, auditeurs.

Pays de Brest : le pari d’une économie circulaire à partir des coquilles de coquillages

Deux jeunes entrepreneurs de 23 et 24 ans, du pays de Brest, ont constaté que les coquilles d’huîtres et de Saint-jacques terminent dans la poubelle avant d’être le plus souvent incinérées et qu’aucune filière de recyclage des co-produits de l’ostréiculture n’existait. Considérant que ces coquilles n’étaient pas des déchets mais bien au contraire une matière première à ne pas négliger, ils décidèrent de les valoriser.

Tout alla vite alors… Ils ont alors créé en septembre 2020 une petite entreprise baptisée Malàkio (coquillage en grec) implantée dans un hangar entre Irvillac et Dirinon. Le territoire qui les a vu naitre et grandir. Puis une boutique en ligne a vu le jour en novembre…

Après avoir tatonné ils sont réussi à mettre au point un process permettant de créer des objets conçus à partir de 60 % de coquillages et d’un « minéral ».
Ils récupèrent et broient (grâce un broyeur à grains d’occasion) des coquilles venant de l’entreprise de l’entreprise Embaljet à Plouguerneau qui réintroduit les coquilles Saint-Jacques vides dans les circuits des plats préparés.

Une gamme de produits qui va s’élargir
La gamme se limite pour le moment à des sous-verres, un dessous de plat, une planche à découper et des petits pots. Mais plein de projets d’objets de toute sorte existent : éléments d’architecture intérieure (des murs de décoration, un plan de travail dans un bar), des manches pour des couteaux à huîtres, des plateaux de table, d’assise de tabourets…

Des collectes de matière première se mettent en place
Le besoin en coquilles vides allant en grandissant , les promoteurs de
Malàkio veulent les collecter auprès de restaurateurs de Brest et Landerneau mais aussi directement auprès des particuliers.

Lors des fêtes de fin d’année, ils organisent une collecte les 26 décembre et 2 janvier à Dirinon. Tous types de coquillages (huîtres, moules, St Jacques, bigorneaux, etc…) seront acceptés